ATTIQUE


ATTIQUE
ATTIQUE

ATTIQUE

La péninsule de l’Attique, au nom dérivé d’un mot grec qui signifie promontoire, s’avance à l’extrémité sud-est de la Grèce centrale, en fer de lance dans la mer Egée, bordée par le golfe Saronique, à l’ouest, et par le golfe d’Eubée, à l’est. Très proche du domaine insulaire (Eubée, Makronissos, Kéa, Égine, Salamine), elle en partage plusieurs traits de paysage. Des chaînes de montagnes calcaires, âpres, presque vides, aux versants raides et aux sommets parfois boisés en résineux (Parnès, 1 413 m; Pentélique, 1 107 m; Hymette, 1 026 m), délimitent et isolent des bassins fertiles, densément occupés et favorisés par un climat sec et chaud, à l’exception de quelques coulées froides et neigeuses en hiver. Dans le bassin d’Athènes, et dans les plaines de Marathon, d’Éleusis comme dans la Mésogée, l’exploitation agricole est fondée sur l’élevage ovin et sur l’association céréales, vignobles, olivette; mais l’extension de la banlieue d’Athènes désorganise cette économie traditionnelle et fait reculer l’espace cultivé, le réduisant à moins de 30 p. 100 de la surface de l’Attique; une agriculture évoluée et spécialisée se développe, caractérisée par les étables industrielles et l’élevage en batterie des porcs et des poulets ainsi que par la spécialisation dans le maraîchage des terroirs les mieux pourvus en eau. Le littoral découpé et montagneux, qui offrait plus de beaux paysages que de plages confortables, enregistre aussi les effets de l’urbanisation: les routes côtières délimitent lotissements de banlieue, de villégiature ou de tourisme, alors que la mer est encrassée par les égouts d’Athènes et par le port du Pirée. Le poids de l’agglomération d’Athènes est partout sensible (784 110 habitants dans la ville, 3 096 775 dans la conurbation). Avec 3 522 770 habitants en 1991, l’Attique héberge 35 p. 100 de la population et assure 44 p. 100 de la totalité des emplois. Première région industrielle de la Grèce (raffineries de pétrole, constructions navales, industrie chimique et mécanique), l’Attique se caractérise par le développement du secteur tertiaire (administration, banques, communications, commerce). Une telle concentration d’activités a son revers: elle pose de graves problèmes d’environnement tels qu’un développement anarchique avec dégradation du milieu naturel et une pollution qui affecte non seulement la capitale, mais aussi la région tout entière.

attique [ atik ] adj. et n. m.
• av. 1560 ; actique 1539; lat. atticus, gr. attikos
IQui a rapport à l'Attique, à Athènes, aux Athéniens. Le dialecte attique, ou n. m. l'attique. Goût, finesse attique. atticisme. « Le goût “attique”, c'est-à-dire le sentiment des nuances, la grâce légère, l'ironie imperceptible, la simplicité du style, l'aisance du discours, l'élégance de la preuve » (Taine). (1672) Littér. Le sel attique : la plaisanterie fine. II N. m. (XVIIe)
1(de étage attique) Archit. Étage placé au sommet d'une construction, et de proportions moindres que l'étage inférieur.
2Anat. Partie supérieure de la caisse du tympan.

attique adjectif (grec attikos) Relatif à l'Attique, à Athènes ou aux Athéniens. ● attique (expressions) adjectif (grec attikos) Littéraire. Sel attique, manière de s'exprimer finement railleuse, spirituelle et polie. ● attique nom masculin Étage supérieur de la caisse du tympan, où sont logés les osselets. Construction élevée au-dessus de la corniche d'un entablement pour masquer la naissance du toit. Petit étage supplémentaire servant d'amortissement à une façade. Dialecte ionien, qui était la langue de la cité d'Athènes. (L'influence politique et surtout culturelle d'Athènes en a fait la base essentielle de la koinê de la période hellénistique.)

attique
péninsule de la Grèce, située entre le golfe d'égine et la mer égée; région grecque et de la C.E.; 3 808 km²; 3 522 760 hab.; cap. Athènes.
————————
attique
adj. et n. m.
d1./d adj. D'Athènes, des Athéniens, de l'Attique.
d2./d n. m. ARCHI Partie supérieure d'un édifice, qui dissimule le toit.

⇒ATTIQUE, adj.
A.— Qui est relatif à l'Attique (domaine de l'ancienne Athènes), à Athènes, aux anciens Athéniens :
1. Sans doute le théâtre, institution nationale et religieuse, eut-il dans l'ancienne Grèce une action telle que Fénelon pouvait dire que « chez les Athéniens tout dépendait du peuple et le peuple dépendait de la parole ». Mais la superficie de la république athénienne ne dépassait guère celle d'un département français, et c'est là une donnée dont il convient de tenir compte (...). Donnée qui éclaire de réalité cette phrase de Thucydide : « Il n'existait pas au monde de plus grand marché que le Pirée, ni de lumière intellectuelle plus éclatante que celle de la tribune et du théâtre attiques. »
Arts et litt. dans la société contemp., t. 1, 1935, p. 6405.
Spécialement
1. Qui est propre à l'Attique.
a) ASTRON. Année attique. Année luni-solaire de 12 mois dans les années communes, 13 dans les années embolismiques (année à mois supplémentaire), en usage chez les Grecs.
b) LING. Dialecte, grec attique, ou p. ell., l'attique. Grand dialecte littéraire grec, illustré, principalement au Ve siècle avant Jésus-Christ par les plus grands écrivains :
2. ... si les langues en présence ont une origine commune et des caractères structuraux analogues, l'unification se fait au profit de la langue dont le prestige social est le plus fort (...), mais la langue victorieuse perd aussi ses caractères trop différenciatifs : elle donne naissance à une langue commune (cas du dialecte attique, lors de l'unification du grec).
Traité de sociol., 1968, p. 275.
c) LITT. Les auteurs, les orateurs attiques, ou p. ell., les attiques. Les auteurs, les orateurs, qui ont employé le dialecte attique.
Emploi subst., p. ext. Écrivain dont les œuvres se distinguent par des qualités équivalentes à celles des grands auteurs attiques :
3. ... si quelque chose me prouve que Pellisson, malgré son élégance et sa pureté de diction, ne fut jamais un attique véritable et qu'il ignora toujours les vraies grâces, c'est précisément son goût déclaré pour une telle idole [Mlle de Scudéry].
SAINTE-BEUVE, Causeries du lundi, t. 4, 1851-62, p. 139.
2. Qui est conforme à la manière des attiques. ARCHIT. Base, colonne attique. Base, colonne atticurge.
Emploi subst. Attique (p. ell. de étage attique).
a) ,,Ornement d'architecture qui couronne un édifice ou la partie supérieure d'une façade, et a pour objet de dissimuler le toit`` (BOUILLET 1859). Attique continu. Attique suivant sans interruption l'entablement d'un édifice. Faux attique. ,,Sorte de piédestal qui règne sous les bases d'un ordre, et empêche qu'elles ne soient masquées par une large corniche placée au-dessous`` (NOËL 1968). P. ext. Attique de cheminée. Partie de la cheminée d'appartement, revêtue de plâtre, de marbre ou de bois, qui s'élève au-dessus de la tablette.
b) Étage supérieur, de dimension moindre, souvent orné de pilastres, servant d'amortissement à une façade. P. ext. Attique interposé. Attique situé entre deux grands étages. (Attesté ds BESCH. 1845, Lar. 19e, LITTRÉ et QUILLET 1965).
Rem. P. anal., en anat., le terme désigne l'étage supérieur de la caisse du tympan.
B.— Vieilli. Conforme à l'atticisme :
4. Xénophon découvrit à son tour une route nouvelle. Sans s'appesantir, et sans rien perdre de l'élégance attique, il jeta des regards pieux sur le cœur humain, et devint le père de l'histoire morale.
CHATEAUBRIAND, Génie du christianisme, t. 2, 1803, p. 82.
5. Le jeune homme [Mistral] nous récita quelques vers, dans ce doux et nerveux idiome provençal qui rappelle tantôt l'accent latin, tantôt la grâce attique, tantôt l'âpreté toscane.
LAMARTINE, Cours fam. de litt., 40e entretien, 1859, p. 239.
Sel attique. Fine et spirituelle manière de penser, de s'exprimer et en particulier de plaisanter, caractéristique de l'atticisme; s'applique p. anal. à toute chose exprimée sur le même ton de délicate raillerie :
6. L'étranger, charmé à Paris et à Athènes, ne rencontre que des cœurs compatissants et des bouches toujours prêtes à lui sourire. Les légers habitants de ces deux capitales du goût et des beaux-arts, semblent formés pour couler leurs jours au sein des plaisirs. C'est là qu'assis à des banquets, vous les entendrez se lancer de fines railleries, rire avec grâce de leurs maîtres; parler à la fois de politique et d'amour, de l'existence de Dieu et du succès de la comédie nouvelle, et répandre profusément les bons mots et le sel attique, au bruit des chansons d'Anacréon et de Voltaire, au milieu des vins, des femmes et des fleurs.
CHATEAUBRIAND, Essai sur les Révolutions, t. 1, 1797, p. 107.
Miel attique. [P. allus. aux abeilles de l'Hymette, réputées pour leur excellent miel, et à la légende selon laquelle ces abeilles se seraient posées sur les lèvres de Platon qui leur devrait la douceur de son style] :
7. Térence était africain, et cependant il semble avoir été nourri par les grâces athéniennes. Le miel attique est sur ses lèvres; on croirait aisément qu'il naquit sur le mont Hymette.
JOUBERT, Pensées, t. 2, 1824, p. 159.
P. ext. [Qualifie un écrivain, son œuvre, sa langue, son esprit...] Qui présente des qualités (finesse, élégance, grâce...) comparables à celles des grands auteurs attiques :
8. — Eh! Bien, Rastignac, avez-vous vu Lucien? Il a fait peau neuve.
— Si j'étais aussi joli garçon que lui, je serais encore plus riche que lui, répondit le jeune élégant d'un ton léger mais fin qui exprimait une raillerie attique.
BALZAC, Splendeurs et misères des courtisanes, 1847, p. 9.
9. Tout cela d'Eugénie de Guérin est pur, net, distinct, bien vu, bien dit, rapidement conté; c'est classique, c'est attique et irréprochable.
SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t. 9, 1863-69, p. 277.
10. Et baser, ce verbe néologique, que je voyais hier encore désigné d'une mauvaise note par une plume attique, faut-il donc absolument le proscrire, lui fermer la porte dans le nouveau dictionnaire?
SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t. 11, 1863-69, p. 218.
PRONONC. :[a(t)tik]. Pour [tt] géminées et [t] simple dans le mot, cf. atticisme.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. XVe s. adj. « d'Attique, de Grèce » et p. ext. « qui a des caractères propres aux Grecs » (Terence en françoys, 155 r° éd. 1539 ds DELBOULLE, Recueil de notes lexicol. : Il a une langue angélique Et la vraye éloquence actique); av. 1560 au fig. miel attique (DU BELLAY, Œuvres, éd. Chamard, Paris, 1908-31, t. 5, p. 65 : Or donc, Magny, puis que le ciel A confict d'un attique miel Tes vers sucrez, laisse les armes, Et chante l'amour et tes larmes); 1672 sel attique « plaisanterie fine » (MOLIÈRE, Les femmes savantes, acte 3, scène 2, éd. du Seuil, 1962, p. 610); 2. 1639 subst. masc. archit. « petit ordre qu'on met au-dessus d'un plus grand pour terminer le bâtiment » (Comptes de Fontainebleau, p. 56 ds IGLF Techn. : Plus de donner trois couches de blancq de plomb au lambris de menuiserie du pourtour de ladicte chappelle au dessoubz de l'atique).
Empr. au lat. atticus « d'Attique, d'Athènes » et p. ext. adj. désignant certaines qualités propres aux Athéniens (PLAUTE, Asin. 793 ds TLL s.v., 1133, 48; en partic. pour désigner une éloquence sobre et naturelle, CICÉRON, Brut., 51, ibid., 1134, 39); attica mella au propre (OVIDE, Medic., 82, ibid., 1133, 18); le lat. est lui-même empr. au gr. « attique, athénien » (Hérodote ds LIDDELL-SCOTT).
STAT. — Fréq. abs. littér. :86.
BBG. — BACH.-DEZ. 1882. — BARB.-CAD. 1963. — BOUILLET 1859. — CHABAT t. 1 1875. — CHESN. 1857. — GAGNON (M.), SMITH (S.). Le Vocab. de l'archit. en Fr. de 1500 à 1550. Cah. Lexicol. 1971, n° 18, p. 100. — JOSSIER 1881. — Méd. Biol. t. 1 1970. — NOËL 1968. — ROG. 1965, p. 115. — SPRINGH. 1962.

attique [atik] adj. et n. m.
ÉTYM. Av. 1560; actique, 1539; lat. atticus « d'Attique, d'Athènes », grec attikos.
———
I
1 Adj. Didact. Qui a rapport à l'Attique, à Athènes, aux Athéniens. || Goût, finesse attique. Atticisme. || Littérature attique. || Les philosophes attiques.Archit. || Dans le style attique. Atticurge. || Colonne attique.
1 (…) toutes les urbanités attiques.
É. Dolet, in Huguet, Dict. XVIe s.
2 L'élégance attique dont vous me parlez fut-elle jamais plus pure à Athènes (…) ?
Voiture, Lettres, 176, in Littré.
3 On ne peut nier que ce ne soit (Lucien) un des plus beaux esprits de son siècle, qui a partout de la mignardise et de l'agrément, avec une humeur gaie et cette urbanité attique que nous appellerions en notre langue une raillerie fine et délicate.
d'Ablancourt, Lucien, Épître.
4 (…) il ne se voit rien où le goût attique se fasse mieux remarquer, et où l'élégance grecque éclate davantage.
La Bruyère, Disc. sur Théophraste.
(1672). Littér. || Sel attique : finesse de pensée qui était particulière aux Athéniens, plaisanterie fine et délicate dans le goût attique.
5 Il est (ce sonnet) de sel attique assaisonné partout,
Et vous le trouverez, je crois, d'assez bon goût.
Molière, les Femmes savantes, III, 2.
6 Au sel attique, au riant badinage,
Il faut mêler la force et le courage.
Voltaire, Épîtres, 3, in Littré.
7 (…) les Neuchâtelois, avec tout leur esprit, ne sentent guère le sel attique ni la plaisanterie, sitôt qu'elle est un peu fine.
Rousseau, les Confessions, XII.
2 (En parlant du style). Empreint d'atticisme.
8 (…) le goût « attique », c'est-à-dire le sentiment des nuances, la grâce légère, l'ironie imperceptible, la simplicité du style, l'aisance du discours, l'élégance de la preuve.
Taine, Philosophie de l'art, t. II, IV, I, 2.
3 Ling. || Dialecte attique, grec attique : dialecte grec ancien.N. m. || Parler l'attique.
tableau Classification des langues.
Les auteurs attiques; n. m. pl., les attiques, écrivains ayant employé ce dialecte.
Par ext. (En parlant d'un écrivain, d'une œuvre). Qui a les qualités des auteurs attiques.
4 Astron. || Année attique : année luni-solaire en usage chez les Grecs, et comprenant 12 mois dans les années ordinaires et 13 mois dans les années à mois supplémentaire.
———
II N. m. (1639).
1 Archit. || Attique (par ellipse de étage attique) : étage placé au sommet d'une construction, et de proportions moindres que l'étage inférieur. Petit étage qu'on élève au-dessus d'un pavillon d'angle ou au milieu d'un bâtiment. || On a couronné ce bâtiment d'un attique pour en cacher le toit (Académie).REM. Le féminin, rare, est également attesté, notamment chez Zola.
9 Et, pour toute décoration, les hautes fenêtres du rez-de-chaussée, barrées d'énormes grilles saillantes, dans la crainte sans doute de quelque siège, étaient posées sur de grandes consoles et couronnées par des attiques qui reposaient elles-mêmes sur des consoles plus petites.
Zola, Rome, p. 43.
Faux attique : piédestal soutenant la partie inférieure d'un entablement, rehaussant des bases qui sans cela seraient masquées par une corniche saillante.
2 Anat. Partie supérieure de la caisse du tympan.
DÉR. et COMP. Atticiste, attiquement. Néo-attique.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • attique — ATTIQUE. (On pron. les deux T.) adj. des 2 g. Qui est à la façon du Pays d Athènes. Manière Attique. La colonne Attique. La base Attique. f♛/b] On appelle Sel Attique, Ce qui paroît avoir quelque rapport aux bons mots, et à la raillerie fine des… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • attique — ATTIQUE. adv. de tout genre. Qui est à la façon du pays d Athenes. Maniere attique. colomne attique. la base attique. Sel attique, Se dit de la pureté & des graces du langage d Athenes. Attique. s. m. Terme d Architecture. On appelle ainsi dans… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Attique — Pour les articles homonymes, voir Attique (homonymie). Attique …   Wikipédia en Français

  • attique — (a tti k ) adj. Conforme à l atticisme. Goût, finesse attique. •   Ses railleries ne sont point froides ni recherchées, comme celles de ces faux imitateurs du style attique, mais vives et pressantes, BOILEAU Longin, Sublime, 28. •   Au sel… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ATTIQUE — adj. des deux genres Qui est fin, délicat, par allusion à la délicatesse et à la finesse du goût athénien. Goût, finesse attique. Sel attique se dit de Tout ce qui porte le caractère de cette plaisanterie délicate et fine qui distinguait les… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • ATTIQUE — adj. des deux genres Qui a rapport à la manière et au goût des anciens Athéniens. Goût, finesse attique. En Archit., Ordre attique.   Dialecte attique, Le dialecte qui était particulier aux Athéniens. On dit dans un sens analogue, Les auteurs… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ATTIQUE — s. m. T. d Archit. Petit étage qui est au dessus de la corniche supérieure d une maison, d un édifice : c est une sorte de piédestal continu placé au dessus de l entablement d un ordre d architecture. L attique a sa corniche et sa décoration… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Attique (Homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Attique est un nom propre ou commun qui peut désigner : Sommaire 1 Saints chrétiens 2 Toponyme …   Wikipédia en Français

  • Attique (Architecture) — Pour les articles homonymes, voir Attique (homonymie). L attique (nom masculin), en architecture, est la partie supérieure qui vient couronner une construction …   Wikipédia en Français

  • Attique de Constantinople — est patriarche de Constantinople de mars 406 au 10 octobre 425. Saint chrétien, catholique et orthodoxe, il est fêté le 8 janvier. Sommaire 1 Biographie 2 Enseignements …   Wikipédia en Français